Offensive n°37

Offensive n°37, mars 2013

Sommaire

– PMA = Produire de la Maternité Automatique… ?
– Critique de la critique des médias
– Portugal : entre vent de révolte et résignation…
– Le marxisme de Paul Mattick
– Nos fermes ne sont pas des usines
– Cantagaia! Souveraineté alimentaire et organisation collectives à Séville
– Rroms : les « ennemi-e-s intérieurs » de l’Europe
– Quilombo : un lieu, des livres et des luttes
– Livre, Musique, Arts vivants, Cinéma

Dossier « (Im)mobilisation générale ! »

Le développement de la cité capitaliste continue, le zonage et la spécialisation des territoires se renforcent. Ici on produit de la carotte, là du divertissement et là-bas du traitement des déchets. La « réduction » de la durée de nos trajets, parfois quotidiens, entre deux villes modernes (avec leur traditionnel centre-ville piétonnisé où l’on consomme dans les mêmes chaînes de magasins en circulant sur les mêmes pavés) détruit une notion du temps, un rapport d’être au monde. L’accélération des transports accompagne et justifie celle de nos vies : au travail ou chez soi, l’on se retrouve avec toujours plus de tâches à faire, toujours plus vite.

À l’heure où l’enracinement, l’amélioration longue et patiente de ses conditions d’existence, la création de liens stables d’entraide et de solidarité sont combattus ou rendus quasi impossibles par le fonctionnement quotidien de la société techno- industrielle, l’immobilité peut ainsi apparaître comme une valeur révolutionnaire. La mobilité des travailleuses et des travailleurs ainsi que des touristes est continuellement valorisée, voire imposée, mais de nombreuses contraintes à l’immobilité existent également. Les personnes sans papiers ou les travailleuses et les travailleurs migrant-e-s ne le savent que trop bien. Pour certains emplois, elles et ils sont assigné-e-s à résidence, ou leur passeport leur est confisqué à leur arrivée dans le pays exploiteur. Les femmes, que l’on a voulu assigner à l’espace privé, subissent également des contraintes dans leurs déplacements du fait de la violence masculine intrinsèque au système patriarcal.

Contre l’idéologie libérale de la circulation massive des marchandises, y compris humaines, contre l’étalement urbain et le triomphe de la bagnole, contre la grande vitesse et ses destructions, il ne s’agit pas de refuser en bloc toute perspective de déplacement, mais de retrouver la pleine et entière maîtrise de notre mobilité. La relocalisation et le questionnement sur l’utilité sociale et écologique de nos activités, l’immobilité choisie, la pratique de l’auto-stop, du vélo ou de la marche sont des pistes à creuser pour arrêter de circuler toujours plus vite et plus souvent, d’un lieu d’exploitation-consommation à un autre.

– Bouger sans être mobile
– Lutter contre la grande vitesse
– De la mobilisation totale à la dislocation sociale
– Les villages d’insertion : une fabrique d’immobilités productives
– Des femmes et de la mobilité
– Ces transports qui nous laissent à notre place
– Quelle fin pour la société automobile ?
– S’organiser pour frauder. Retour sur une expériences toulousaine
– De l’ayraulport à la ZAD, à la recherche d’autres mobilités !
– Puissance de l’auto-stop. Voyages et révolution

→ Télécharger Offensive n°37 (format pdf) : offensive37

Publicités
Cet article a été publié dans Numéros téléchargeables, Revue Offensive. Ajoutez ce permalien à vos favoris.