Offensive n°24

Offensive n°24, décembre 2009

Sommaire

– Contre l’Europe
– De la guerre à la paix, entretien avec Howard Zinn
– L’autonomie contre l’autarcie
– Le bolchévisme contre le peuple (Pior Archinov)
– Pour des livres de papier
– Rawa, des femmes afghanes en lutte
– Le travail mort-vivant, entretien avec Julien Mattern
– La case de santé : un centre de santé communautaire
– Livres, Musique, Arts vivants, Cinéma

Dossier « Nature & animalité »

La nature, une notion porteuse de paradoxes et d’ambiguïtés. La nature peut simplement désigner le monde physique qui nous entoure, nous englobe, dont nous faisons partie en tant qu’être vivants baignés de culture. Par extension, ce terme désigne aussi l’essence supposée des êtres, leur nature intrinsèque. Dans les sociétés humaines, l’ordre établi est souvent justifié par l’affirmation de la naturalité de ses normes et institutions, cependant que l’animalité humaine – notre dimension animale – est niée pour mieux asseoir les dominations.

C’est cette idée de nature que nous avons voulu aborder et critiquer dans le présent dossier, tout en interrogeant notre rapport à l’animalité – la nôtre et celle des autres espèces –, ainsi qu’au monde vivant dont nous participons. Il s’agit de montrer que ce qui est prétendu naturel est souvent socialement construit, et peut donc être socialement défait. Pour autant, notre critique de l’idée de nature n’implique pas que nous soyons pour le renforcement de la société industrielle, qui traite tout être vivant, humain ou non, comme une machine.

En acceptant notre animalité, peut-être cesserons-nous de faire la guerre à celle des autres (humain-e-s et non-humain-e-s) et pourrons-nous penser les questions sociale et animale dans une perspective écologique élargie. Si de nouveaux rapports sont à construire entre l’humanité et le reste du monde – les autres espèces, les habitats –, il est nécessaire d’éviter l’écueil de l’essentialisme. Il ne s’agit pas de laisser les non-humain-e-s « libres » de suivre une voie toute tracée par la Nature qui aurait été perturbée par des ingérences humaines, mais plutôt de leur permettre d’évoluer librement hors de l’hégémonie industrielle.

Encore une fois, nous proposons dans notre dossier une diversité de regards, qui peuvent parfois se contredire mais contribuent chacun à éclairer une facette des questions abordées. Il en ressort qu’il existe de fortes analogies entre les oppressions, et même une interconnexion qui fait qu’elles se renforcent mutuellement. Cela nous suggère aussi que c’est toutes ensemble qu’il faut les défaire, et non séparément, ce qui fait écho au vieil adage libertaire : « La liberté de l’autre étend la mienne à l’infini ».

– Contre l’idée de nature, pour notre émancipation
– Éthique et politique animales. Courant théoriques
– Quelle place pour l’ours ?
– La disparition des abeilles
– Devenir végétarien, un acte politique
– Les luttes animalistes
– Animalisme et écologisme. Confusions, oppositions et convergences
– Travailler ensemble ?
– Une autre biologie est-elle possible ?
– Un autre genre d’aliénation
– Mémoires sélectives. Louise Michel et les autres animaux
– Oppression des femmes et exploitation des animaux

→ Télécharger Offensive n°24 (format pdf) : offensive n°24

 

Publicités
Cet article a été publié dans Numéros téléchargeables, Revue Offensive. Ajoutez ce permalien à vos favoris.